Nous vous proposons un ensemble de définitions, accompagnées de vidéos, pour illustrer certains termes utilisés dans les « Docs du Choeur »

 

CANTILLATION : 

Déclamation chantée des textes sacrés, principalement utilisée par les religions chrétienne, coranique, hébraïque, et bouddhique.

Quelques citations :

La cantillation traverse toutes les cultures religieuses et humaines. Le prêtre chrétien cantille en latin à l’autel de l’église Dominus Flevit, et son regard traverse le vitrail au-dessus de l’autel : devant lui s’étend l’esplanade du Dôme du Rocher voisin de la mosquée où le muezzin cantille l’adhan, l’appel à la prière musulmane, et plus loin s’étale la vieille ville de Jérusalem dans laquelle plusieurs synagogues abritent un ḥazane cantillant les versets du Tanakh, la Bible hébraïque. À l’orient de Jérusalem l’Asie s’étend jusqu’au Japon, cette Asie où de nombreux moines bouddhistes cantillent les sûtras bouddhiques de leur Tradition. — (Article Cantillation de Wikipédia en français, juillet 2009)

[La cantillation est un] style où la parole aura la prépondérance sur la musique, mais où cette dernière joue un rôle évident de régulateur et de revêtement solennel. – (Solange Corbin, “La cantillation des rituels chrétiens”, Revue de musicologie, vol. 47, n° 123, juillet 1961, p. 3.)

Exemples musicaux :

La cantillation dans la tradition chrétienne est principalement utilisée pour le chant des psaumes, d’où sa proximité avec la notion de « psalmodie » :
https://www.youtube.com/watch?v=sVux2ISf8nU

Le terme a été utilisé dans notre document sur les Passions (rappel des liens de ce document) :
https://www.youtube.com/watch?v=2xNdWG-XO-k
https://www.youtube.com/watch?v=5giKjViJkc0

La tradition islamique est également très riche ; l’exemple ci-dessous est un intéressant parallèle avec la tradition chrétienne grégorienne :
https://www.youtube.com/watch?v=OQHp_o2TepY

__________

CANTUS FIRMUS : 

Dans la musique médiévale et celle de la Renaissance, le cantus firmus (chant fixe, autour duquel tout s’ordonne) est une mélodie préexistante (généralement religieuse mais aussi profane) servant de base à une polyphonie. Il est utilisé dès le XVe siècle comme trame permettant d’unifier les différentes parties de la messe, avant de prendre des formes plus élaborées. Sur le plan pédagogique et théorique, dans le cadre de l’étude de l’écriture musicale, il s’agit d’une mélodie, le plus souvent assez brève et écrite en valeurs longues, destinée à servir de support aux exercices de contrepoint. (Source – Wikipedia).

Exemple musical :

Josquin Des Prés : Messe « Hercules dux Ferrarie » :
https://www.youtube.com/watch?v=2Kj0C9KvcwY

C’est un exemple spécial de cantus firmus où le thème de la mélodie principale dérive des voyelles du nom du dédicataire (Hercule 1er duc de Ferrare) : « Her » devenant la note ré, « cu » la note ut (do), « les » la note ré… donnant la mélodie ré do ré do ré fa mi ré.

L’utilisation de ce thème par Josquin Des Prés est au début très systématique : après une exposition à la partie supérieure, il le présente au ténor (place la plus courante, et de ce fait noyé dans la pâte sonore et très difficilement perceptible). Dans une très grande partie de cette œuvre importante (plus de 25 minutes), chaque section voit apparaître ce cantus firmus 3 fois, à 3 hauteurs différentes. Dans la seconde partie de l’œuvre, ces apparitions varient quelque peu ; on admire dans l’ensemble, une constante variété du traitement et un grand art de l’imitation.

__________

CHORAL (UN) :

Depuis le 16e siècle l’église protestante allemande, sous l’impulsion de Luther, a développé un répertoire immense de cantiques. Ce sont des mélodies simples, faciles à retenir. Enrichis ensuite à 4 voix, ces chorals étaient très souvent chantés par l’ensemble des fidèles lors des célébrations ou en famille. Aussi, lorsque Bach par exemple, inséra des Chorals dans ses Passions, il permit aux auditeurs de se sentir partie prenante de l’œuvre, qui (re-)trouvait ainsi une familiarité avec la musique d’église qu’ils connaissaient. Dans l’exemple sonore ci-après on entendra la mélodie seule de l’un des 43 chorals authentiquement composés par Luther, suivie de son harmonisation, un siècle plus tard par Heinrich Schütz :
https://www.youtube.com/watch?v=L11SXgo6XOQ

__________

CONTREPOINT :

voir l’explication magistrale de Jean-François Zygel :
https://www.youtube.com/watch?v=c33B4mokZiA